Blog-sur-Loire

Décembre 2019

• Parole de Millière !
Édito : Agnès Legout-Catelain, Présidente de Millière Raboton

• Quoi d’9 côté équipage millière raboton ?
On se forme…

• Quoi d’9 sur la rive de Loire ?
On calfate, on règle…

• Quoi d’9 en Loire ?
On la surveille…

• Quoi d’9 côté équipement millière raboton ?
Événementiel ? Travaux ?

•À tout seigneur, tout honneur : Le Port de Chaumont-sur-Loire
Épisode 1
Août 2019 – Nul peintre ne résiste à la Loire et au port de Chaumont
Épisode 2
De 1699 à 1858 – Un port inscrit dans l’Histoire

Cliquez sur les titres en bleu pour aller directement à l’article.

Parole de Millière !

Agnès Legout-Catelain
Présidente de Millière Raboton

Toile d’artiste ligérienne !
©Stéphane Doussard

Décembre sonne la fin de l’année et déclenche l’envie de jeter un coup d’œil par-dessus l’épaule.

2019 a été une bonne année millière raboton, en fréquentation (avec une tendance marquée pour l’accueil de groupes), et en maestria de la part de nos guides-pilotes, salariés et bénévoles, qui ont été confrontés à de très basses eaux.

2 événements ont scandé cette année : en juin, le baptême de Gueule de Bois, notre nouvelle toue coque alu, et, en septembre, notre participation au Voyage de la Pierre de Chambord. 2 dates mémorables pour millière raboton et pour les riverains de Loire !

Innovation 2019 : nous avons mis en place, sur notre site, les réservations avec paiement en ligne, ce qui représente un sérieux avantage pour nos passagers.

Côté vie associative, nous avons démarré nos journées-rencontres, en janvier, chez Françoise de Person, à l’écoute d’une conférence sur La Batellerie de Loire, suivie d’un repas convivial. Le 20 octobre dernier, ce fût une belle journée à table et en musique (trio Merabware), à l’abri des intempéries, à la Ferme du Plessis.

Cet été, la traversée Rilly-Veuves a repris le dimanche. En 2020, il conviendrait de mieux faire connaître cette opportunité, qui ravit tous les passagers qui en ont profité.

Les soirées à thème – Airs de Loire, Harpémo, Vins et Voiles – ont distillé leur magie au crépuscule. Le 20 juillet, le port de Chaumont-sur-Loire a accueilli Moi, Leonardo, bâtard, plouc et génial, soirée ouverte librement à tous les amateurs d’histoire, d’art, de magie crépusculaire… et de pique-niques.

Flânons un peu, au port de Chaumont. L’idée a été de le rendre convivial pour chaque passant, promeneur chaumontais, cycliste, touriste… Patrice Porcher et Gérard Schmitt, ont aménagé le lieu pour qu’il soit accueillant : point d’eau, coin ombragé, garage à vélo… millière raboton a à cœur de faire vivre ce port, pour le bonheur d’y couler d’heureux moments, ensemble, sur la rive de notre Loire…

À tout seigneur, tout honneur, retournons sur le port de Chaumont-sur-Loire, il mérite bien un portrait à lui tout seul ! Nous vous proposons, dans ce blog, 2 instantanés décalés dans le temps : un véritable roman-photo qui s’est déroulé au mois d’août dernier (repérage de notre vigie Marianne Mercier) et une évocation au fil des siècles (trésors d’archives de André (DD) Coudray)

Bonnes fêtes de fin d’année et à l’an nouveau !

À bientôt sur l’eau !

Quoi d’9 Équipage millière raboton ?

On se forme…

Stéphane a suivi une formation de formateurs à l’Environnement du 18 au 22 novembre, auprès de l’Association Graine Centre Val de Loire – Réseau pour l’Éducation à l’Environnement en région Centre-Val de Loire – auquel millière raboton a adhéré. D’ailleurs, notre association figure dans l’annuaire de l’Éducation à l’Environnement en région Centre Val de Loire. Stéphane a apprécié de faire ainsi un bilan personnel face à la gestion de groupe. Sous les angles de l’esprit de bienveillance et des techniques d’animation (les jeux brise-glace, de cohésion d’équipes…), Stéphane a jugé que cette semaine a été propice pour nourrir sa réflexion personnelle et engranger de nouveaux savoirs.

Quoi d’9 sur la rive de Loire ?

On calfate, on règle…

Dans leur ensemble, les bateaux ont souffert de la canicule et accusent leurs années de service. Certains devaient bénéficier de travaux complémentaires. Grand merci, au passage, à Christophe Serin qui, du haut de son tracteur, nous a permis de sortir les bateaux sur la rive. Passons en revue notre flotte. On a administré à Boire courant, une couche de goudron entre les éclaircies. Il a fallu achever son calfatage, rénové l’an dernier à 70% environ, concernant les deux bordées complètes et le tableau arrière, le bois n’étant pas de bonne qualité et assez sec, des fentes sont apparues. Aujourd’hui, Boire courant calfaté, goudronné est, maintenant, complètement sec, l’opération est bouclée. Tout aussitôt et À temps, ont reçu chacun un calfatage à l’intérieur. Sous la férule de Gérald et de Thomas, et avec la complicité de la Clinique du Bateau, les moteurs sont, actuellement en hivernage, après diagnostic de chacun. Dès février, ils seront tous prêts à recevoir de motivantes énergies et pièces neuves pour être réglés comme des horloges.

Quoi d’9 en Loire ?

©  Stéphane Doussard

On la surveille…

On a enregistré une montée des eaux de presque 1 mètre, fin novembre. Comme la vague d’eau monte vite et redescend environ sur 2 jours, il est impératif de surveiller les bateaux soumis aux caprices de Dame Loire…

Quoi d’9 côté équipement millière raboton ?

Événementiel ? Travaux ?

millière raboton a fait l’acquisition d’un barnum de 6 x10m, avec en perspective,  la protection d’événements à venir, et l’opportunité d’un montage sur un terrain hors crue, pour travailler, à l’abri, sur un bateau.

À tout seigneur, tout honneur : Le Port de Chaumont-sur-Loire

– Épisode 1 –

 Août 2019

Nul peintre ne résiste à la Loire et au port de Chaumont

©  Marianne Mercier

De passage, roulant sur la départementale, subjugué par la vue, il a garé sa voiture. Sidéré par la beauté du paysage, il a planté son chevalet…

©  Marianne Mercier

Avec virtuosité, sous ses pinceaux, en un rien de temps, le paysage s’est déplacé sur sa toile… en artiste de plein air, il est, très pragmatiquement, équipé et s’adonne, éperdu, à son art…

©  Marianne Mercier

On ne peut jamais être tranquille… Que vient faire ce contorsionniste qui veut, à tout prix, prendre sa photo, vite fait, bien fait ? Que diable, il faut du temps et de l’attention pour prendre la mesure de la beauté…

©  Marianne Mercier

On s’y croirait, on s’y croit… magistrale exécution… qui connaît ce peintre ? Qui a eu le coup de foudre pour notre Loire et notre port ? Seul repère certain : sa voiture est immatriculée en Croatie. Et si Facebook menait l’enquête ?

©  Marianne Mercier

Avant que ce beau piqué de lumière ne gagne les terres de Croatie, une furtive illusion a rendu le tableau au flottement du fleuve… Vogue Loire dans l’espace et le temps…

– Épisode 2 –

De 1699 à 1858

Un port inscrit dans l’Histoire

« Château et bourg de Chaumont, veüe de l’hostellerie du grand Escu à Escures sur la levée »

2 février 1734

Arrest du Conseil d’État du Roy

Sous le règne de Louis XV, on ne plaisante pas avec « les droits de Péage sur la rivière de Loire », les prétendus héritiers de la dame Duchesse de Beauvilliers, se voient purement et simplement supprimer les droits auxquels ils prétendaient, mais aussi « par terre, au bourg de Veuves et autres lieux dans l’étendue de la Seigneurie de Chaumont, généralité d’Orléans »

16 mars 1751

Arrest du Conseil d’État du Roy

Toujours sous le règne de Louis XV, le pire n’étant jamais sûr, le dit Conseil d’État du Roy, revient sur la décision précisée ci-dessus et « maintient la dame Duchesse de Beauvilliers dans le droit de tenir un bac sur la rivière de Loire au lieu de Chaumont, généralité d’Orléans, pour passer à Efcure ». Le service de passage est fixé, entre autres, à 6 deniers tournois par personne à pied, 3 deniers, par bœuf ou vache. Les tarifs doivent être affichés sur un poteau « à chacun des abords du dit bac ». À charge, pour la Duchesse, d’entretenir les chemins, chaussées et abords du bac « pour un passage sûr ». Elle doit veiller également à ce qu’il y ait un nombre d’hommes suffisant pour le service de passage.

1792-1858

Le village de Chaumont-sur-Loire, comporte un port vis à vis du bourg et une cale abreuvoir simple établie près du hameau de Saint-Martin. Chaumont-sur-Loire bénéficie depuis 1792 d’un port construit. Ce port est prolongé en 1848 jusqu’au lieu-dit la Tuilerie. Le bac reliant Chaumont-sur-Loire et Onzain est attesté depuis le Moyen-Âge. Ce bac abordait côté rive gauche au lieudit St-Martin. Il a fonctionné jusqu’en 1858, date de la construction d’un pont suspendu sur la Loire. En 1816, le bac de Chaumont utilise un bateau passe cheval de 11,34 m x 1,15 m pourvu d’un gouvernail, de deux bourdes ferrées et d’une corde d’amarrage.

 

1851

En 1851, Monsieur M.Suilliot, entreprend pour une société savante blésoise dont il est membre, un « Mémoire sur le Cours de la Loire, depuis son entrée dans le département du Loir-et-Cher jusqu’à sa sortie, sur un parcours de cinquante deux kilomètres (treize lieues) »

Le bourg de Chaumont

« Chef-lieu d’une commune de 957 habitants, de laquelle dépend le hameau St-Martin. Chaumont fait un commerce assez actif de vins et de bois ; on remarque, sur le coteau qui le domine, le château des anciens seigneurs du lieu. Auprès de St-Martin, coule un ruisseau qui, après un parcours de 3 km, va se jeter dans la Loire, par une embouchure qu’on peut enjamber. »

Les coteaux

« Entre Candé et Chaumont, les coteaux atteignent leur point culminant, 100m au-dessus du niveau de la mer, et environ 29m, au-dessus de la Loire ; à Chaumont, ils ne laissent entre eux et le fleuve que la place de la route et d’un rang de maisons… Les coteaux deviennent sablonneux avant Candé et repassent à la marne vers Chaumont.

Économie et métiers

« Chaumont et Rilly ont des vignes rouges… » ; toute l’économie tourne autour de l’agriculture, la viniculture et l’exploitation des bois. Les métiers représentatifs de ces activités sont, entre autres, les tonneliers, les fendeurs de merrains (futures pièces de bois destinées aux fûts), voituriers par eau et par terre…

La Loire et son trafic

« Vis-à-vis Écures, la Loire est large de 415m et de 600 environ, devant Chaumont… Il passe, année commune, à Blois, 4804 bateaux, montant, descendant, pleins ou vides dont 142 remorqueurs à vapeur, transportant 133321 tonneaux de 100 kilog (sic) chacun ».

Ponts et bacs

« Il n’y a que deux ponts, à Blois et à Mer… et des bacs, uniquement pour les voyageurs, au Caverneau, à St-Dyé, à Escures et à Veuves. »

 

Salut de l’auteur

Monsieur M.Suilliot, conclut fort aimablement son ouvrage remarquable par : «…l’inévitable aridité d’un travail de chiffres et de statistiques…n’admettait ni les fleurs de la littérature, ni le coloris de l’histoire. » Ses collègues de la Société des Sciences et des Lettres de la ville de Blois, ont dû apprécier et lui voter de chaleureuses félicitations !

 

Bonnes fêtes de fin d’année et … à bientôt sur l’eau !

Conception-Rédaction Françoise Benassis
Direction artistique Adèle Gagnier