Blog-sur-Loire

Février 2018

Parole de Millière !

Gérald Chipault
Administrateur Millière Raboton

Pas de morte saison pour les pilotes et les bénévoles de Millière Raboton, l’arrivée de l’hiver sonne le démarrage des travaux d’entretien des bateaux traditionnels construits en bois. Cette année, pendant la haute saison, les toues ont particulièrement souffert à cause du faible niveau d’eau, ce qui a entraîné quelques raclages de fond…

Déjà, pendant l’été,  les pilotes sont vigilants sur l’état des bateaux et les réparations immédiates  à mener (voies d’eau à colmater par exemple). En fin de saison, un constat a déjà été établi et une programmation de travaux envisagée. Les réhabilitations interviennent par roulement : cet hiver, 3 toues sont à réviser.

7 février 2018, Loire sur neige, photo de Marianne Mercier

Acte 1

Sortir les bateaux de l’eau et, une fois sur la berge, les retourner sur des tréteaux afin d’examiner l’envers du fond, opération réalisée avec le concours de bénévoles dotés de tracteur. Les travaux vont s’effectuer sur place, en extérieur, au port de Chaumont-sur-Loire.

Acte 2

Branlebas de combat pour réaliser le plus rapidement possible les réparations nécessaires. Les pilotes et 7/8 bénévoles se convertissent en charpentiers de marine tout en gardant un œil sur la montée des eaux (1,50 m au-dessus de la piste cyclable, le 26 janvier dernier).  On utilise du pin Douglas renommé pour prendre l’eau sans trop se déformer.

Acte 3

Réparations effectuées, remettre les bateaux sur la coque et les pousser jusqu’à l’eau en utilisant des rondins de bois. Cette année, par grâce spéciale de Dame Loire, la crue est venue elle-même chercher la dernière toue…

Il ne reste plus qu’à attendre les beaux jours pour passer une couche de lazure sur les toues afin qu’elles soient rutilantes au soleil de la belle saison.

À l’évidence, un hangar serait bienvenu pour abriter ces travaux. Heureusement, depuis fin 2016, nous disposons d’un local face au port pour centraliser tout le matériel technique, l’outillage et une machine à café pour réchauffer ponctuellement notre vaillance !

À bientôt sur l’eau !

 

Gérald Chipault

Quoi d’9 à l’Asso Millière ?

Le conseil d’administration s’est réuni le 29 janvier 2018. L’ordre du jour, bien rempli, a abordé les points suivants : maintenance et entretien de la flotte pendant l’hiver ; ouverture d’un bac, cet été, entre les communes de Veuves et Rilly-sur-Loire ; partenariat avec l’association Randonnées Val de Loire Sud  et le camping de Mosnes ; offres de nouvelles prestations (sorties scolaires et propositions Loire à vélo), constitution de l’équipe salariée ; stratégie et projet d’embauche ; sorties d’été à thèmes et projet de développement sur Amboise.

•   Comme chaque saison hivernale, au-delà de l’entretien des barques dont Gérald fait état dans son édito, tout le matériel et les équipements sont passés au peigne fin : moteurs, voiles, lazure (en particulier reprise de tous les noms des bateaux), gilets… tout Millière Raboton sera paré pour la haute saison !

•   En partenariat avec les communes de Veuves et Rilly-sur-Loire, un bac sera mis en service par Millière Raboton les mardis et jeudis de juillet et août 2018. Cette ouverture aura valeur de test pour inciter les adeptes de Loire à vélo, entre autres, à découvrir d’autres rives et chemins attractifs.

•   Dans le cadre de créations de partenariats,  des rencontres sont prévues avec Randonnées Val de Loire Sud  pour imaginer de nouvelles sorties qui mêleront parcours à pied et en bateau, et le camping de Mosnes avec l’offre de balades pendant l’été, au départ de la rive du camping, une journée par semaine sur une toue Millière dédiée.

•   Avec pour objectif de développer des activités en moyenne saison, des prestations spécifiques seront proposées en direction d’un public scolaire et de Loire à vélo (par exemple : descentes Chaumont-sur-Loire / Amboise avec transport des vélos…).

•   L’équipe salariée de Millière Raboton compte 2 guides-pilotes à plein temps (Aurélien et Stéphane) et 2 saisonniers (Paul et Thomas). En haute saison, à tour de rôle, l’un des guides-pilotes assurera l’accueil sur le port, la gestion des mails de réservation et des appels téléphoniques ainsi que le planning et la logistique. Qui pourrait mieux gérer ces missions primordiales pour l’activité de Millière Raboton, qu’un pilote expert en ces domaines ?

•   Le CA ouvre une réflexion sur un projet d’embauche liée à un CAPASO (aide régionale d’un maximum de 60 000 € sur 3 ans pour un recrutement en CDI) dans le cadre d’un développement au sein d’une activité associative.

•   Les sorties à thèmes de l’été 2018 sont actées :
Airs de Loire (11 juillet – 9 et 30 août), Vins et Voiles (18 juillet et 14 août) et Dérives littéraires (21 juillet et 18 août).

•   Un rendez-vous est pris avec 2 élus de la Communauté de communes du Val d’Amboise, pour imaginer une intégration de Millière Raboton au sein d’un projet de développement touristique et fluvial initié à partir d’Amboise.

 

Ce premier CA de 2018 a tracé les grandes lignes de développement de nos activités. Les administrateurs, les pilotes et les bénévoles sont à pied d’œuvre pour les réaliser.

Ceux d’Loire

Stéphane Doussard
Guide pilote Millière Raboton

Ce qui fascine chez Stéphane, c’est sa tranquillité et l’acuité de son attention à l’autre. Il se raconte avec l’authenticité de ceux qui ont appris à vivre au rythme de la nature.
Originaire de Tours, Stéphane estime qu’il a toujours vécu près de la Loire qu’il a rarement quittée des yeux. En somme, il s’est construit en même temps qu’il découvrait les trésors des rives et les métamorphoses du fleuve.

Le terroir

Terre et nature ne sont pas que de jolis mots pour Stéphane, il a derrière lui  22 ans d’expérience en agriculture qu’il a pratiquée dans différents domaines, entre autres : le maraîchage (autour de Blois) et le jardinage chez les particuliers.

L’attractivité Chaumont-sur-Loire

Stéphane s’installe enfin à Chaumont en 1999, après avoir goûté aux délices d’être locataire en Beauce, puis au centre-ville de Blois. Enfin parce qu’il a toujours été attiré par la beauté des lumières qui baignent le château en majesté sur son éperon, le village et ses maisons remarquables. Quelle que soit la saison, Stéphane apprécie au quotidien les nuances, toutes ces variations que ciel et Loire mettent en musique. Toujours à l’affût, il a été l’un des tout premiers à arpenter le parcours aménagé dans l’île de la Folie. Sa passion pour les lieux chaumontais est toujours aussi vive.

La maison du maréchal-ferrant

Stéphane loge dans une maison de bourg dont la construction est datée de 1770. Ce fut la demeure de 3 générations de Bodin, forgerons et maréchaux-ferrants. Stéphane s’émerveille d’y avoir trouvé des moules à ancres.  L’ambiance historique qui entoure son cadre de vie, convient merveilleusement aux recherches du guide-pilote de Millière Raboton.

Village d’en haut, village d’en bas

La passion de la Loire laisse encore un peu d’espace à Stéphane : il prend peu à peu ses repères dans le village de St-Martin, désormais fantôme. Quand l’église de ce village qui s’élevait sur le haut du coteau, a été démolie à fin de nouvelle distribution du domaine du château de Chaumont, les gens sont peu à peu descendus pour se rassembler autour de la nouvelle église (fin XIXème siècle). Stéphane se plonge avec délice dans l’histoire de ce village qui n’existe plus mais dont le nom figure encore dans les registres des impôts. Des artisans dont l’activité était liée à la batellerie ont survécu après sa relégation par le chemin de fer et le réseau routier en développement, ainsi, à St-Martin un menuisier tonnelier-maréchal-ferrant était actif, ainsi qu’un charretier, un second exerçait ses talents au village d’en bas. Des photos en témoignent.

Rencontre de Jean Ley

« J’ai connu Jean, d’abord  à Blois, autour des Jardins de Cocagne, puis lors d’une exposition qui s’est tenue au port de Chaumont, entre autres lieux, sous l’égide de Couleurs de Loire. Il s’agissait de sculptures de Frédéric Chabot. J’ai contracté le virus et, dans la foulée, j’ai passé mon permis bateau à passagers en juin 2015. Depuis, j’évolue dans une sorte de complémentarité entre faune – plus particulièrement les insectes – flore et partage avec les passagers. »

Balades et paroles

Stéphane apprécie les balades longues propices au partage des ressentis des passagers à propos du fleuve et de son environnement. C’est le bon moment pour corriger la mauvaise aura de la Loire auprès de certaines personnes qui confondent, par méconnaissance, sables mouvants et culs de grève. Stéphane évoque une sorte d’éducation populaire à l’environnement sur le mode ludique où, au fil de l’eau, chaque chose prend sa vraie place. On parle de l’eau, des plantes, on peut dériver sur le maraîchage. D’Orléans à Angers, sur les rives de Loire, les limons se sont vite révélés faciles à travailler et, sur ces terrains marécageux, on ne pouvait imaginer la culture du  blé. Ainsi, le  maraîchage s’est lié à la batellerie. Stéphane tient à ces aspects pédagogiques quand la demande en est, naturellement, formulée par les passagers. Tout en se baladant, mine de rien, des messages s’échangent : « On découvre ou redécouvre qu’en Loire, il est impossible d’oublier à quel point la nature est généreuse. Quand les passagers d’une balade longue rentrent au port, ce qui me touche dans ce qu’ils expriment, c’est qu’ils considèrent comme un privilège, ce qu’ils viennent de vivre sur l’eau. »

 

Dans le sillage de Millière Raboton

« Travailler au sein de Millière Raboton, signifie pour moi, demeurer fidèle à l’éthique de Jean Ley avec le partage de la beauté des jours et des crépuscules, la convivialité à bord, l’acclimatation douce au temps de Loire… Si je peux émettre un souhait, ce serait celui d’ouvrir plus Millière Raboton aux différents acteurs qui travaillent sur la Loire. Sur de longues distances de navigation, on peut regrouper des personnes et susciter des rencontres entre gens qui n’ont pas toujours le temps de mieux se connaître »

C’est un secret que nous partagerons bouche cousue : Stéphane a des fourmis dans les doigts et s’est lancé dans dans la sculpture… Blog sur Loire vous présente une de ses œuvres réalisée à partir de grillage : quelle belle allure a cette poule !

Conception-Rédaction Françoise Benassis
Direction artistique Adèle Gagnier