Blog-sur-Loire

Janvier 2021

Parole de Millière !
Agnès Legout-Catelain
Présidente de millière raboton

1ère balade crépusculaire 2 janvier 2021…
Contée par notre guide-pilote Thomas

Cliquez sur les titres en bleu pour aller directement à l’article.

Parole de Millière !

Agnès Legout-Catelain
Présidente de Millière Raboton

En 2001 naissait l’ami millière raboton, homme de Loire, le 24 février 2001 plus précisément, de par la volonté d’un groupe de passionnés de Loire.

Cela fera donc vingt ans que l’aventure initiée par Jean LEY perdure dans le même esprit, poursuivie par des femmes et des hommes admiratifs de cette nature si proche et si méconnue, et qui permettent ainsi à plus de 6000 passagers (par an) de redécouvrir ou de découvrir toute cette magie.

millière raboton, homme de loire c’est une histoire d’hommes qui ont voulu que ce fleuve oublié, car ne servant plus au nécessités vitales, revienne vers ses riverains et amoureux. Trop longtemps, il fut craint pour ses mouvements de sables et les noyades accidentelles qui s’y produisaient. Nulle crainte aujourd’hui à embarquer sur des « toues » tranquilles et sécurisantes, lentes, et capables de glisser sur si peu d’eau, avec pour guide, un pilote fort en verve et féru en faune et flore, toujours émerveillé par la lumière unique du moment.

Notre site internet, la page Facebook et le Blog mensuel, témoignent des nombreuses anecdotes de toutes ces années de compagnonnage de l’homme et du fleuve.

S’arrêter sur ces vingt d’années d’existence c’est forcément relayer des moments forts et inoubliables des innombrables partages, sur l’eau, à bord de ces vaillantes toues !

Dans ce sillage, nous vous proposerons un nouveau temps d’échanges et de réjouissances, au départ de notre port d’ancrage, Chaumont-sur-Loire. Difficile, aujourd’hui, de dire précisément comment et quand s’organisera ce moment, fragilisés et dépendants que nous sommes de cette pandémie insistante, qui gèle toutes les énergies et impose tant de distance. Je vous donne donc rendez-vous le mois prochain pour avancer sur ce projet qui sera celui de cette vingtième année qui s’ouvre en février.

Avec le même engouement, à se revoir sur l’eau très prochainement, à bientôt !

© Thomas

1ère balade crépusculaire 2 janvier 2021…

Contée par notre guide-pilote Thomas

« Une balade, et crépusculaire en plus ! Donc plus de deux heures de sortie, en perspective. Ayant peu navigué l’hiver, j’ai sauté sur l’occasion et me suis porté volontaire pour guider les 6 personnes nous ayant sollicités (4+2) en invitant, au passage, quelques proches, pour partager ce moment toujours prenant. Quoi de mieux pour commencer l’année que de prendre un grand bol d’air sur le fleuve royal ! RDV est pris à 14h30, hé oui, en janvier les journées sont courtes ! Pour info, en juin, les sorties crépusculaires commencent à 19h30 !

 Arrivé au port, en avance, avec Jérémie, pour préparer le bateau, nous nous rendons compte que le bateau est entièrement gelé ! Malgré le soleil, le bateau a gardé sa couche de givre. On branche le moteur, met le contact, croise les doigts, le moteur tousse, ouf ça démarre. On laisse chauffer.

© Thomas

Maintenant, il faut sécuriser l’embarquement et trouver une solution pour pouvoir s’asseoir sur les bancs, sans rester collé par la glace. Récupérant quelques affaires dans la voiture, j’aperçois quelques grands cartons (vestiges d’emballages de cadeaux de Noël), voilà qui fera l’affaire.

Tout le monde est là ? Sans plus attendre, nous partons pour profiter un maximum des rayons du soleil.

© Thomas

Nous remontons le long de l’île, en face du port, avant de nous laisser descendre, sans moteur, côté Onzain. Le niveau de l’eau se trouve à 1,50 m plus haut que cet été, la navigation en est grandement facilitée, il y a moins de risque de toucher le fond avec le moteur. Cela permet également d’accéder à certaines zones inaccessibles, en bateau, le reste de l’année. Que du bonheur pour celui qui pilote… mais pas question de baisser la garde, le courant est plus fort, et de grosses souches d’arbres ont pu se déposer dans le chenal, donc la vigilance est de mise !

© Thomas

© Thomas

Allons visiter le gîte de « notre » Castor, voir s’il y a des traces de récentes activités. La végétation ayant perdu ses feuilles, il est plus facile d’observer la hutte construite, en haut, de la berge abrupte. Sûrement alerté par le bruit du moteur, un castor se jette à l’eau par le toboggan, situé fort opportunément, en bas de son gîte. Il nous a paru énorme par comparaison avec les observations estivales. Et pour cause, durant l’été il se constitue de bonnes réserves de graisse afin d’affronter les rudesses de l’hiver. De plus, l’hiver, sa fourrure s’étoffe. Le castor n’hiberne pas contrairement à d’autres mammifères, il réduit ses activités mais reste actif jusqu’à -5 degrés grâce à sa fourrure étanche qu’il entretient soigneusement avec une substance huileuse, le castoréum, sécrétée par une glande logée sous sa queue. Cette glande lui sert également à marquer son territoire.

Continuons la descente, une multitude d’oiseaux s’offre à nous, hérons, cormorans, goélands, chevaliers… Soudain un bihoreau gris nous survole : mon amie, passionnée d’oiseaux, est ravie, il n’est pas si facile d’observer cet oiseau craintif. Les adultes ont les mêmes couleurs que le héron cendré mais arborent une stature plus trapue.

Nous avons pu observer une foule d’oiseaux d’eau et de limicoles qui viennent passer l’hiver sur la Loire : canards, sarcelles, chevaliers, bécasse, courlis…

L’hiver est vraiment plein d’attraits sur la Loire !

Arrivés près de l’île de la Chaumine, de gros arbres apparaissent couchés sur le sol. C’est l’occasion de se dégourdir les jambes pour aller voir ça, de plus près. Un chantier de castor, deux beaux peupliers ont été abattus et entièrement grignotés. Contrairement à l’été, l’hiver, les castors n’ont plus de feuilles et de jeunes rameaux pour se délecter donc ils se rabattent sur l’écorce, là où passe la sève, c’est ce qui est le plus nutritif à cette saison. C’est toujours impressionnant de voir de quoi ils sont capables avec leurs seules dents. Il ne reste que le tronc, les branches serviront aux constructions et à confectionner de la litière.

© Thomas

© Thomas

Le ciel se pare de couleurs orangées, il est temps de prendre le chemin du retour.

Tout le monde est emmitouflé chaudement, nous contemplons le paysage défiler lentement, arrosé des derniers rayons de soleil qui illuminent les toiles araignées entre les branches. Le château bien campé sur le coteau, est en vue, les dernières photos sont prises, et nous voilà revenus dans le monde réel. A moins que … »

Thomas guide-saisonnier millière raboton

Voilà qui donne envie de partir en balade, crépusculaire, à l’aube, découvertes… pour le pique-nique, on attendra des jours meilleurs… Nos guides-pilotes, Paul, Stéphane, Thomas, et tous nos guides-pilotes bénévoles, sont impatients de vous faire découvrir la Loire, l’hiver, c’est une aventure particulière, avec des détours surprenants à l’image des peupliers abattus par les castors, et que dire du formidable nuancier de lumières à faire pâlir l’été… Venez « vivre » ce monde enchanté, ne trouvez-vous pas que nos guides-pilotes, et ici, Thomas, ont le génie de vous mettre l’eau à la bouche… 

À bientôt sur l’eau !

Nous vous invitons à céder à l’envie de vous associer à l’aventure millière raboton, homme de Loire !

Retournez-nous le bulletin complété par mail à info@milliere-raboton.net ou par courrier postal à millière raboton, 11 rue de Bellevue, 41150 Chaumont-sur-Loire, merci de privilégier, si possible, le règlement par virement, totalement dématérialisé et sécurisé par les temps qui courent…

À bientôt parmi nous et, bien sûr, à bientôt sur l’eau !